(R)évolutionsENTREPRENDREV.I.P.

De Bordeaux à Agoudal, du tourisme solidaire plein de SENS

Quand Lhou Marghine parle d’Agoudal, son village marocain, de tourisme solidaire et des projets qu’il y a mis en place avec son association, même si pour nous, Bordeaux est la plus belle ville du monde, il nous donne tout simplement l’envie d’y aller faire un tour, et tant pis si l’herbe y est plus rare et moins verte !

Tourisme solidaire pour apporter sa pierre

Tourisme solidaire au  village d'Agoudal

Le village d’Agoudal

Agoudal ou Imilchil, petit village berbère, perché à 2400 m d’altitude dans le Haut Atlas, est le village habité le plus haut du Maroc. Les paysages sont magnifiques et tous les ans, à la fin du mois d’août, s’y déroule le Festival des Fiançailles qui rassemblent jeunes filles et jeunes hommes de la région, venant célébrer leur mariage.

Lhou Marghine, coordinateur de l’association Sens (raccourci pour Solidarité Echange Nord-Sud), amoureux de son village et désespéré de le voir se vider de ses habitants.

A Bordeaux, il a imaginé, avec les membres de l’association, un concept de tourisme solidaire : découvrir la région du Haut Altlas, tout en vivant une expérience nouvelle par l’immersion totale dans la culture locale puisqu’il s’agit également de partager les activités quotidiennes du village ou de s’investir dans un des nombreux projets. Car il y a tant à faire là-bas que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.

Le pari de Sens : qu’un réel lien d’amitié se tisse entre les personnes et que chacun ait envie de renouveler l’expérience.

La protection de l’environnement

Tout d’abord, c’est le constat d’une urgence : autour des villages berbères tels qu’Agoudal, la végétation se raréfie de plus en plus. Les habitants, pour se chauffer ou pour cuisiner ramassent tout le bois qu’ils trouvent. Ils sont les vecteurs d’un déboisement qui provoque une érosion des sols et des inondations qui anéantissent la production agricole de la vallée en contrebas, seule ressource économique de la population.

En 2006 : première collaboration entre Akhiam association locale, Sens et des partenaires français.

De jeunes bordelais arrivent dans le village. Ils sont accompagnés de guides qui leur font découvrir les plus beaux paysages, mais ils viennent aussi pour travailler. Certains, à la construction de seuils dans un ravin qui empêcheront les bouts de roches de tomber dans la vallée. D’autres à la fabrication de fours solaires qui permettront aux villageois de cuisiner sans feu de bois.

Jeunes bordelais construisant un gabion pour un tourisme solidaire

Construction d’un gabion

C’est ensuite 8 jeunes de l’IUT de Bordeaux, étudiants en techniques d’animation, qui vont collaborer avec les instituteurs de la région d’Agoudal pour organiser des forums et partager leur savoir-faire.

Les villageois y exposent leurs difficultés et cherchent des solutions. Les jeunes rentrent en France avec dans leurs bagages une expérience unique sur le terrain où ils ont eu l’occasion de rencontrer, de partager et surtout de découvrir une population solidaire et très motivée pour améliorer son quotidien.

Autre expérience unique : Lhou Marghine et l’association Sens mettent en place des chantiers réunissant jeunes bordelais en difficulté sociale et jeunes d’Agoudal pour qui la vie n’est pas toujours facile non plus. Résultat plus que positif. Valorisés à travers l’aide qu’ils ont pu apporter, les jeunes reviennent motivés, prêts à renouveler l’expérience et très sensibilisés au développement soutenable et à l’environnement.

L’autonomisation

La population est constituée de familles pauvres qui se battent contre la nature pour maintenir leur agriculture et leur élevage, mais qui peinent à s’auto-suffire.

Vente de jus de fruit pendant le festival des Fiancailles

Vente de jus de fruit pendant le festival des Fiançailles

 

Les pommes et les pommes de terre qu’ils cultivent leur sont achetées une misère. Grâce au développement touristique, les associations financent une petite usine à jus de pomme. Désormais, les paysans peuvent mettre leur jus de fruit en bouteilles et les vendre sans avoir à passer par des intermédiaires.

Ils emballent eux-même leurs pommes de terre par sachet de 10 kg, une action qui augmente leur marge de bénéfice et donne du travail à de nombreuses personnes.

Enfin, trois unités de poulaillers ont été mises en place, accompagnées d’une formation initiale, visant à un élevage plus extensif pour que les villageois puissent consommer, mais aussi vendre leurs oeufs au marché.

En ajoutant à tout ceci un peu d’artisanat, le village redevient attractif pour la jeunesse.

L’éducation

Comme ailleurs, l’éducation reste le moyen le plus efficace pour faire évoluer un pays. Ici, les écoles sont souvent en mauvais état, désertées par les filles ou par ceux qui habitent trop loin. L’association Sens a pu distribuer aux plus éloignés, une trentaine de vélos et cherche aujourd’hui un minibus pour récupérer des élèves qui habitent dans un rayon de 25 km.

Contactée par l’association Sens, la mairie de Créon a envoyé des jeunes de la commune qui ont participé à leur premier chantier solidaire, en collaboration avec les jeunes d’Agoudal pour réparer les écoles d’Agoudal et de Timaryine.

L'entr'aide entre Créon et Sens, mot clef du tourisme solidaire

L’entr’aide mot clef du tourisme solidaire

 

Les femmes ne sont pas en reste dans toute cette émulation. Elles sont un bon nombre à s’être inscrites aux cours d’alphabétisation et quelques-unes d’entre elles ont même participé à une formation à Casablanca. Cela n’était pourtant pas facile de partir loin du village, mais au final elles sont revenues plutôt fières d’avoir su se montrer en ville en costume traditionnel et enrichies de voir comment les femmes vivent hors des villages.

Quand la solidarité donne du sens…

C’est rassurant de voir que la passion, l’enthousiasme et la ténacité peuvent soulever des montagnes. Lhou Margine, Sens, Akhiam et tous les partenaires qui ont cru à ce projet de tourisme solidaire ont sans doute métamorphosé la vie de toute une vallée et du petit village d’Agoudal. Loin de s’étioler, il continue à se développer et les touristes sont au rendez-vous.

Lhou Margine présente son association

Lhou Marghine présente son association

Un petit recueil a été édité sous le titre « Sur la route du Haut Atlas : randonnées, histoires et légendes de la région d’Imilchil ». Il recense les activités culturelles et festives de la région et rassemble des témoignages récoltés auprès des villageois, précieuse transmission des souvenirs et de la culture locale.

Les chantiers solidaires ont participé à la création de chemins de randonnées, à la réhabilitation de grotte d’Akhiam, à la réfection de terrain de football, et l’association accompagne des jeunes dans des projets d’auberge pour loger les touristes.

et des ailes

Et depuis cet été, pour renforcer et diversifier l’attraction touristique, la région a organisé, en même temps que le festival des Fiancailles, un festival de parapente. L’association Sens a proposé au Club La Teste Pyla Vol libre, Delta, Parapente d’y participer en famille dans un esprit solidaire d’échange et d’intégration. Enchanté, le club a signé pour l’an prochain, entraînant dans son sillage, quelques membres de club ou d’écoles d’autres villes. Une occasion pour les uns de découvrir de nouveaux sites de vol et pour les autres de rencontrer amateurs et professionnels du secteur.

1er festival de parapente à Agoudal

1er festival de parapente à Agoudal

 

Une échappée à Agoudal, un moyen pas bête de profiter de ses vacances pour faire le break avec une société trop individualiste, pour renouer avec le sens de la communauté, pour redécouvrir une culture aujourd’hui malencontreusement stigmatisée et comme le constate Emma, bordelaise de 16 ans qui a participé cet été à un chantier, pour transformer sa vision sur l’argent.

 

Véronique Berge

Véronique Berge

Farfouilleuse éclectique, dévoreuse de bouquins, passionnée par les rencontres et les aventures humaines, positive et incorrigible optimiste, elle aime tout ce qui a la capacité de faire « rêver la vie » et l'améliore.