BouquinerON A ÉCOUTÉSociétéZieuter

Demain est un fix !

NOUVELLE SONORE 29 

En cet instant précis je vis à travers deux époques. Aujourd’hui, à 18h03, le 05 novembre 2015 à Bordeaux en France, et également hier, à je ne sais quelle heure, je ne sais quel jour de 1956, à Tanger au Maroc.

A 18h03 aujourd’hui, ce 05 novembre 2015, je lis The Letters de William Burroughs, une correspondance assidue tenue entre juillet 1945 et octobre 1959. A je ne sais quelle heure, je ne sais quel jour de 1956, de son côté William Burroughs écrit une lettre à son ami Allen Ginsberg sur ses besoins de secouer la littérature tout autant que ses techniques d’écriture, et lui explique qu’il expérimente différentes formes de narrations; – » Je ne peux pas t’expliquer  cette méthode avant que tu ne subisses l’entrainement nécessaire. » L’une d’elle consiste à recréer un texte à partir des mots découpés et mélangés au hasard que contenait une page qu’il avait rédigée antérieurement.

Cette technique qui ne porte pas encore le nom de CUT UP, sera approfondie dans son appartement à Paris, rue Gît le coeur, avec son ami Brion Gysin. La première fois que je me suis aussi essayé au Cut up, j’avais 20 ans, je venais de terminer du même auteur Le Festin nu. J’avais décidé d’une page précise de ce roman, j’étais parti à La Poste la photocopier à 200% sur un format A3. En revenant j’avais minutieusement découpé tous les mots que j’avais répartis aléatoirement sur deux mètres carrés sur une partie du sol de mon petit appartement.

Le résultat avait été assez inattendu, au point que j’envisage de coller ce résultat sur les lames noires de mon store. A cette époque j’avais deux choses qui étaient accrochées dans cette pièce; ce store qui séparait la pièce elle-même de l’entrée, et une reproduction d’un dessin de Cocteau sur le mur principal.

Quand mes amis, le soir, se vautraient les uns après les autres sur mon canapé et contemplaient l’espace de mon appartement un joint à la main ils me disaient, soit : -« A chaque fois que je regarde ce tableau de Cocteau je vois quelque chose de différent ? » Ils me demandaient tous, pour se rassurer, ce que je voyais moi et je leur disais que Cocteau avait dessiné deux oiseaux bec contre bec qui se faisaient front. L’un d’eux m’avait dit un soir qu’il voyait une vache vue de face et effectivement on voyait très clairement une vache vue de face au point que mes deux oiseaux bec contre bec qui se faisaient face devenaient beaucoup moins crédibles.

Si ce n’était pas le dessin de Cocteau que mes amis observaient, c’était mon rideau métallique avec mon cut up collé dessus. A chaque fois ils me disaient, putain j’adore ce que t’écris, j’y comprend rien mais j’adore ce que t’écris. Des fois, je leur expliquais comment ce texte avait été réalisé avec la technique du Cut up et des fois je me contentais de dire : -« merci, mais t’endors pas sur le joint.

Aujourd’hui, à 18h03, le 05 novembre 2015, j’ai renouvelé l’expérience. J’ai préalablement choisi une Shortnotes que d’ailleurs je ne publierai pas. J’ai découpé la totalité des mots quelle contenait en cherchant à recréer des accointances familières, un peu comme on cherche à faire coïncider les coins concomitants des puzzles dispersés devant nous.

CUT UP /

L’intérieur d’un supermarché est vraiment une construction cérébrale. J’appelle d’autres consciences à supprimer ce problème terrien et à nous débarrasser de ces aimantages. L’errance encastrable n’est que l’instrumentation d’une liberté conne. L’attractivité sonore peut parfaitement nous perdre, quelques junkies diront : trop de prises de drogue pourraient à jamais nous promener dans un trou où poussent les débris, rendre les jours fous et former un quotidien factice. Je suis un Alien pop ! Le psychédélisme n’est qu’une machine sonore traînante. L’espace-temps est ailleurs…Certains bruits aujourd’hui devraient s’épanouir. Tout objet vulgairement dispersé est un morceau de supermarché. Une minute pensée à travers nos crânes sentira un plaisir absolu. Demain n’est qu’un fix. Un instant unique, un aperçu blanc, une nouvelle vitrine, un sol instant de liberté. /

Bien des années plus tard, j’ai retrouvé le dessin de Cocteau dans mes affaires. A bien y regarder, on n’y voit pas d’oiseaux qui se font face bec contre bec, on n’y voit pas de vache non plus, on y voit le visage d’un homme et d’une femme entremêlés…

Stephan Pluchet / SHORTNOTES 2015 / https://www.pinterest.com/THESHORTNOTES/

Suivez la route de la Beat Generation et ses figures emblématiques actuellement à la Librairie Mollat (Bordeaux)

Photographie : William Burroughs et Jack Kerouac

Musique / 1983 / Christian Death /alb. Scriptures (cover Jimi Hendrix)

J’ai découpé la totalité des mots quelle contenait en cherchant à recréer des accointances familières, un peu comme on cherche à faire coïncider les coins concomitants des puzzles dispersés devant nous.

stephan Pluchet

stephan Pluchet

Stephan Pluchet est né en 1970. Il écrit pour la publicité et la communication depuis 1988. En 2005 il démarre l'écriture de son premier roman "Désordre" qui sera publié une première fois en 2010; accompagné d'un cd et sera réédité en 2015. En 2011 il écrit un recueil de nouvelles sur le quotidien "Shortnotes", publie en 2012 un opuscule alternatif sur l'usage des mots "Variations non définitives" et contribue à la rédaction de chroniques mensuelles sur l'art contemporain et le rock.