(R)évolutions

Jamshake révolutionne le monde des musicos

C’est la belle l’histoire de deux garçons, Thomas Bouhier et Rémi Sico, qui deviennent copains au lycée (Pape Clément à Pessac), qui partagent ensemble la passion de la musique (plutôt punk-rock, en ce qui les concerne), qui prennent ensuite des chemins différents et que finalement la musique (re)rassemble.

Pour pallier à un manque

Rémi Sico et Thomas Bouhier

Rémi Sico et Thomas Bouhier

Après le bac, Thomas, profil très geek (c’est lui-même qui le dit) a travaillé dans le web chez CDiscount. Une expérience plus que profitable. Mais assez vite, l’envie de créer sa propre boite le démange, de même que celle de donner plus de sens à son travail. Rémi quant à lui, se lance dans des études de management. Bien-sûr, s’en est fini du groupe de musique ! Ils se voient trop peu pour répéter ensemble, s’envoient bien de temps en temps, par internet, des fichiers musicaux, mais souvent trop lourds et peu pratiques.

Et c’est ainsi que, de leur propre expérience, de leurs propres difficultés, va naître l’idée d’un logiciel de plateforme web, sociale et collaborative, pour musiciens et producteurs, amateurs ou professionnels, qui les ferait se rencontrer, se rassembler, partager ou composer ensemble. Thomas crée le projet, une première au monde, en octobre 2014 et Rémi le rejoint début 2015.

Créer, fédérer, collaborer…

Ayant auparavant testé la plupart des séquenceurs qui existent sur le marché (chers et souvent très compliqués), ils ont constaté qu’ils étaient souvent un gros frein pour la création. Leur « Jamstudio » reprend donc les grandes fonctions vitales nécessaires pour un projet musical, les rendant simples, accessibles, sans pour autant perdre en qualité et, immense avantage, complètement intégrées au site. Le musicien peut ainsi retrouver son projet ou celui des autres sur n’importe quel ordinateur, partout dans le monde, et le gérer en temps réel.

En résumé, Jamshake permet de créer son projet musical, d’y fédérer d’autres musiciens, de soi-même participer à un projet, de trouver également une banque de sons et de pouvoir tout sauvegarder sur Cloud. Rien de moins ! Première étape : on se présente, on dit qui ont est en tant que musicien. Deuxième étape : on met ses projets en ligne, on participe et on collabore.

Thomas et Rémi se sont directement inspirés du principe des jam sessions, où chaque instrumentiste ajoute sa propre improvisation autour d’un thème de départ. C’est, pour les musiciens, une possibilité de rencontre qui fait sauter les barrières sociales et techniques et qui laisse la part belle à la musique.bandeau_jamshake-1170x410

Une start-up très prometteuse

Les deux garçons croient très fort en Jamshake et ils ont certainement raison car l’idée est non seulement novatrice, mais lumineuse ! Pour la réalisation technique, ils trouvent très vite des investisseurs qui s’intéressent à eux. Notamment la société Arpinum dont un des dirigeants, le développeur web Jean-Baptiste Dusseaut, décide même de s’associer à cette jeune Start up. Ils ont ainsi toute une équipe qui les suit et les soutient.

La version Bêta de Jamshake rassemble aujourd’hui presque 400 utilisateurs pour un lancement effectué le 6 mai. Le site est relayé beaucoup plus depuis cette date, et l’activité est montée en flèche. Ce qui prouve qu’il y a un vrai besoin et un très gros potentiel de musiciens intéressés. Grâce à l’outil de feed-back, sorte de forum interne, les concepteurs peuvent avoir des retours, des avis et ainsi continuer à se perfectionner, à être réactifs. Ils s’amusent à se voir comme les «Google doc du son »

Réglos et professionnels jusqu’au bout, les deux garçons n’ont pas omis de penser à la partie juridique et à la protection de la propriété intellectuelle en utilisant les licences Creative Commons. Les initiateurs des projets restent ainsi les maîtres de leurs projets et Jamshake n’est propriétaire d’aucun son.

Bientôt la version définitive

La prochaine version comportera une fonction supplémentaire non négligeable, celle de pouvoir s’enregistrer directement sur l’ordinateur et se passer ainsi complètement de séquenceur. Une révolution !

Pour le moment l’utilisation de la plateforme dans sa version Bêta est entièrement gratuite. C’est dans la version définitive que Thomas et Rémi pensent lancer avant la fin de l’année, qu’il activeront le modèle payant pour certaines des options.jamshake

Vidéo de présentation de Jamshake

Et retrouvez-les sur leur page Facebook

Véronique Berge

Véronique Berge

Farfouilleuse éclectique, dévoreuse de bouquins, passionnée par les rencontres et les aventures humaines, positive et incorrigible optimiste, elle aime tout ce qui a la capacité de faire « rêver la vie » et l'améliore.

1 Comment

  1. […] le flairions, nous le supputions, Jamshake (cf notre article du 9 juin 2015), plateforme de collaboration musicale en ligne qui permet non seulement de rencontrer d’autres […]