(R)évolutionsSociétéV.I.P.

Latifa Ibn Ziaten, pour un après Charlie

Pour certains, le désespoir d’avoir perdu un enfant conduit à la rage et au désir de vengeance. Pour d’autres il mène à la transcendance. C’est la voie qu’à choisie Latifa Ibn Ziaten, mère d’Imad, 30 ans, 1er militaire tombé sous les balles du djihadiste Mohamed Merah, à Toulouse en 2012.

Rester debout malgré la souffrance

Latifa Ibn Ziaten, son autre fils, enterrement de Imad

Latifa Ibn Ziaten et un de ses fils

Passée la sidération, une force l’a poussée à aller voir où vivait Mohamed Mehrat et ce qu’elle y rencontre va bouleverser sa vie. Depuis cette date, Mère Courage, elle part sans répit à la rencontre des jeunes dans les cités défavorisées, les écoles, collèges et lycées, dans les prisons pour mineurs, tout simplement pour leur parler, avec toute sa douceur, sa tolérance, et sa « jugeote », pour tenter de les persuader de ne pas basculer du côté de l’enfer. Car c’est bien l’enfer qu’elle y voit, avec la violence, la drogue, l’alcool, le chômage et finalement, pour certains, peut-être plus qu’on ne l’envisage, l’effroyable dérive…

Un autre Mohamed Merah

Déjà en 2012, elle alertait les politiques et clamait que si rien n’était fait dans les banlieues, il y aurait d’autres Mohamed Merah…

Il aura fallu, hélas, vivre les massacres de Charlie-Hebdo et de l’Hyper Casher pour rassembler les français, en un élan de fraternité rarement aussi unanime.

Latifa Ibn Ziaten, conférence à Toulouse

Latifa Ibn Ziaten en conférence à Toulouse

J’avais pleuré en écoutant cette femme sur les ondes de France-Culture en 2012 lorsqu’elle y présentait son association « Imad Ibn Ziaten pour la Jeunesse et la Paix », et j’ai pleuré à nouveau vendredi en l’écoutant parler, à la télévision, au père du jeune juif Yoav Hattab, assassiné par le djihadiste Amedy Coulibaly.

Ne pas se rendormir…

Mais ça c’était avant. Maintenant il faut agir, aller dans son sens, la soutenir. Parce  qu’il ne faut plus se voiler la face (surtout pas !), elle a mis le doigt sur le noeud du problème.

Plus d’angélisme, ni de diabolisation, simplement un constat : nous avons négligé nos cités (4 fois plus de policiers par habitants au centre de Paris que dans le 93), nous leur avons tourné le dos et aujourd’hui où plus de 50 % des maghrébins vivent dans ces zones péri-urbaines définies comme « sensibles », force est de constater que les gouvernements sont complètement dépassés par les monstres qu’elles enfantent.

Latifa Ibn Ziaten et son livre "Mort pour la France"

Latifa Ibn Ziaten a écrit un livre sur sa vie depuis son arrivée en France

Il n’est qu’à remarquer (il faut être honnête) la faible participation des musulmans au grand rassemblement de dimanche dernier pour enfin s’avouer que leur intégration est, pour une partie, un échec. L’islam a comblé les lacunes de la République chez les moins de 40 ans et la confusion règne chez les plus jeunes, comme le rapportent des professeurs de collège : certains écrivent « musulman » quand on leur demande leur nationalité.

Quelques liens pour un autre après

C’est pourquoi, à Jugeote, nous consacrons une page à Latifa Ibn Ziaten. Pour qu’il y ait un après Charlie-Hebdo, pour que ceux qui, comme elle, comme nous, ont envie de changer les choses puissent trouver, à travers son association, une opportunité… Tour est à lire, à écouter, à regarder et à partager !

http://association-imad.fr

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4517525

http://http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/video-merah-coulibaly-deux-parents-de-victimes-endeuilles_794547.html

http://madame.lefigaro.fr/societe/latifa-ibn-ziaten-120115-93734

http://www.liberation.fr/societe/2012/10/14/latifa-ibn-ziaten-imad-in-memoriam_853169

 

Véronique Berge

Véronique Berge

Farfouilleuse éclectique, dévoreuse de bouquins, passionnée par les rencontres et les aventures humaines, positive et incorrigible optimiste, elle aime tout ce qui a la capacité de faire « rêver la vie » et l'améliore.