À boire et à manger

L’inactif en avant toute !

Tant le fait d’être actif de la part de certains est digne d’une représentation théâtrale avec tous les codes qui lui sont propres, j’ai décidé de le mettre en scène.

Acte 1 : Attention danger : ne pas se mouiller car l’eau ça mouille

Trop sombre, trop ci, trop ça, mais qui prétend prendre position sans tomber dans le foncé ? J’entends déjà l’argument « il faut rester nuancé », mais à force de trop nuancer on finit par devenir transparent. Les gens se plaignent que les choses ne bougent pas, mais perdent leur courage dès lors que l’on essaye d’un peu bousculer les choses. Ah… le « politiquement correct » ! Ce fameux état à respecter… Sauf que si les politiques étaient respectueux, ce serait connu. Mais bon … Vous avez choisi de ne pas être trop envahissant, c’est sur il ne faudrait pas trop déranger des idées obsolètes en place depuis des années.
Einstein disait « le monde ne sera pas détruit pas ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire« . Sans avoir la prétention de dire que mes actes changeront le monde, à l’image du petit colibri qui participe tout de même à éteindre le feu de sa forêt : je participe. J’ai par contre la prétention de dire qu’il y a des sujets plus importants que d’autres.
Alors targuez vous si vous le voulez, d’agir pour bien d’autres choses, si cela vous permet de vous regarder dans un miroir. Mais avouez-vous aussi que vous fuyez les vrais problèmes. Du moins les plus urgents : la Syrie, les différents génocides dans le monde, les inégalités sociales criantes, les crimes raciaux. Je m’excuse d’avance d’heurter votre petit cœur sensible, mais : c’est plus important que le bio, la cause animal, et bien d’autres choses réunies.

PS : Dans consensuel il y a « con »

Acte 2 : Le nivellement par le bas

Trop long, trop de références, métaphores trop compliquées, trop ci, trop ça… C’est sûr que faire lire des gens en 2016 c’est compliqué, c’est sûr qu’une partie de la jeunesse lit peut-être moins qu’avant, c’est sûr que parfois certaines métaphores se comprennent à la deuxième, voir troisième lecture… Oui et ? On ne s’adapte pas aux problèmes on les règle, ce qui signifie que s’adapter à la petitesse d’esprit est d’une ineptie totale. C’est à la petitesse d’esprit de s’adapter, de faire des recherches, de se renseigner… Le but de cet acte n’est pas d’être méprisant, parfois il faut se remettre en question, je suis le premier d’accord. Mais lorsqu’on remet toujours en question les actes d’autrui, c’est alors qu’il faut se pencher sur son propre cas. C’est alors qu’on participe au nivellement par le bas. Si on demande 1 fois au troupeau de ralentir : d’accord, 2 fois : d’accord, 3 fois : pas d’accord c’est que c’est de notre faute et on doit se mettre au rythme.

Les méchants que nous évoquions dans l’acte 1 sont intelligents, sinon ils ne seraient pas méchants et n’arriveraient pas à détruire le monde. Ils utilisent juste mal leur intelligence. Toujours est-il qu’eux ne vous attendront pas. Il faut donc accélérer, que vous vous mettiez au rythme. Stopper le nivellement par le bas, se bouger, prendre plus le temps oui … Mais de comprendre !

Dénouement :

« Un peu de chagrin prouve beaucoup d’amour, mais beaucoup de chagrin montre trop peu d’esprit ». Il s’agit exactement de ça, vous avez beaucoup beaucoup de chagrin pour beaucoup de choses, vous pleurez beaucoup de choses futiles et … Vous n’avez de l’esprit pour rien, vous n’agissez que très peu ou par brides. Puis faites encore preuve de très peu d’esprit : cachez vous derrière la réponse « mais qui est il pour juger ? », allez-y cela vous ressemble et vous en oublierez le vrai sujet, le vrai problème… Pierre Bourdieu disait «on suppose que toutes les opinions se valent. Je pense que l’on peut démontrer qu’il n’en est rien ». Il faut juste, parfois, pour faire bouger les choses ne pas avoir peur de se placer comme opinion qui vaut plus, sans pour autant tomber dans une mégalomania prononcée. Alors c’est sûr vous allez avoir du mal à l’accepter, car aujourd’hui nous sommes dans une société où nous voulons tous linéariser, que tous les avis se valent, que tous les tweets soient aussi important, on a poussé le délire de la liberté d’expression à un tel point qu’on en a oublié son utilité première. C’est exactement ce que vous faites, vous oubliez, vous êtes apeuré et donc vous faites les choses à moitié. Mais inutile de vous rappeler que lorsqu’on divise, le résultat est toujours moindre !

Le rideau se ferme et vous retournez à votre complaisance… ?

La vie d’Eymeric #8

Eymeric Macouillard

Eymeric Macouillard

Etudiant en Master Stratégie des Marques à Sup de Pub, il trouve ses inspirations entre Bukowski et Céline. Depuis sa fenêtre de bus il observe ce monde et tous les jeudis il tente de faire un bilan. Embarquez donc avec lui pour "La vie D'Eymeric" et retrouvez sa vie, ses avis et sa passion pour l'écrit ... "
https://www.facebook.com/EymericPageProfessionnelle/
Twitter : Eymericmac
Instagram : Eymeric_maclooney