ENTREPRENDREV.I.P.

Saponaire, la savonnerie écolo d’Anja Canaux made in Lot & Garonne

Lors d’une parenthèse de quelques jours, loin des lieux estivaux les plus fréquentés, j’ai eu la chance de me ressourcer dans un havre de verdure et de paix baigné de senteurs où se mêlent les huiles essentielles, le karité et l’amandon de prune.

 Le temps d’une pause familiale j’ai passé quelques jours chez Anja (prononcer Ania) Canaux, devenue suite à une reconversion osée, savonnière  à Monflanquin, au coeur du Lot et Garonne.

Entre campagne et ville médiévale, celle qui est passé de l’enseignement de l’allemand (sa langue natale) à l’artisanat,  fabrique dans son atelier : savons, baume, poudres de bain et lessive qu’elle commercialise dans sa boutique sous les arcades de la place de Monflanquin, au cœur même de la bastide, mais aussi sur le net et dans les salons bio.

Savonnerie Saponaire à Monflanquin

J’aimerais vous la présenter, car c’est vraiment une Very Intéressante Personne qui mérite d’agrandir le cercle de notre rubrique V.I.P.

 Le virage savonneux réussi d’Anja

Il était une fois

… une citadine atterrissant à la campagne

… une maman de petites jumelles avec des problèmes de peau

… une ancienne prof et linguiste en quête de nouvelle vocation

… une femme à la recherche de soins vraiment naturels (ayant developpé à 33 ans une allergie contre certains cosmétiques dont seul l’emballage était vert…) qui tombe sur un livre – qu’elle a dû acheter il y a quelques années, mais qu’elle n’a jamais ouvert par manque de temps – un soir après une longue randonnée dans la Drôme : “Faire ses savons et parfums à la maison” …

C’est le déclic total. Tout de suite elle sait que c’était “ça” ! Le coup de foudre!

Elle se souvient de son grand-père chimiste, spécialisé dans les huiles et les savons, qui parcourait l’Amérique du Sud en travaillant pour des usines de fabrication de savons. C’est pendant un voyage au Mexique qu’il rencontrera sa grand-mère… et elle qui pensait toujours qu’elle n’avait rien en commun avec lui côté professionnel!

Depuis ce jour de février 2005, elle ne pensera plus qu’aux savons.

Inventer des recettes, apprendre la chimie du savon, étudier les huiles essentielles, les propriétés des huiles végétales, l’herboristerie…

Elle devient amie avec des savonniers et savonnières allemands, anglais, français et via internet échange énormément.

Rapidement, elle aménage une chambre d’amis en mini-laboratoire avant son déménagement dans la savonnerie que vous pouvez admirer ci-dessous.

La savonnerie Saponaire d'Anja

Juste en face de sa maison dans l’ancien “fournil” où les anciens faisaient “la cuisine de cochon”. Aujourd’hui on y prépare uniquement des savons végétaux et l’ancienne porcherie est devenue le bureau et l’atelier de séchage pour les savons.
C’est drôle ce que le carrousel de la vie vous réserve parfois comme surprises ! Quel drôle de manège… Jamais elle n’aurait cru qu’un jour elle se retrouverait savonnière dans une ancienne ferme perdue à la campagne !! Et en plus, d’aimer ça :-))

2014 : Depuis 2008, beaucoup de choses ont changé dans la vie de la savonnerie… Anja ne travaille plus seule, car Christine l’accompagne dans son aventure savonnière. D’abord 6 heures hebdomadaires, puis 9 heures, puis 12 heures… et ainsi de suite jusqu’en 2011 où elle a pu l’employer à temps plein.

Elle décide de faire une nouvelle tranche de travaux en 2010 afin de restaurer l’ancienne grange et porcherie attenante en boutique – bureau – salle de préparation de commandes et atelier de découpage et cure de savons.

En juin 2013 elle rencontre Géraldine, qui complète l’équipe à merveille.

Géraldine, Anja et Christine

Géraldine, Anja et Christine

Un savon naturel fabriqué à froid

Comme  autrefois, par le procédé de petite chaudière, Anja, Christine et Géraldine fabriquent le savon entièrement  à la main, dans leur atelier au milieu des champs. Et c’est toute la différence pour la peau !

  • Le procédé manuel permet de conserver la glycérine végétale dans le savon : excellent agent hydratant
  • Les 5% d’huile en surgras restaurent le film lipidique de la peau
  • Le procédé à froid évite l’altération des huiles végétales
  • Sans additif synthétique (EDTA, Parabènes, Phtalates, colorants…) qui pourraient être toxique ou non biodégradables
  • L’Huile d’Olive bio est l’ingrédient principal et presque tous les savons contiennent au moins 15% de Beurre de Karité bio.

La différence écologique des savons d’Anja

  • Ingrédients bio & biodégradables qui préservent notre planète
  • Utilisation d’huiles locales : Colza, Chanvre, Prune, Tournesol
  • Sans huile de palme (la plupart des savons en contiennent au détriment des forêts vierges en Asie et Afrique)
  • Atelier équipé d’un chauffe-eau solaire et d’un poêle à granulés

Bref,  exempts de graisse animale, les savons de la savonnerie Saponaire sont doux pour la peau, sentent divinement bon, tout en respectant l’environnement. Ça vaut le coup de changer de produits d’hygiène et de visiter Monflanquin pour les plus motivés, ou le site et la page facebook  de la savonnerie pour les plus connectés, non ?

Les Chinois en tout cas l’ont compris, qui lui font très régulièrement des propositions de rachat de sa marque, pour l’heure toujours exclusivement made in Lot & Garonne.

Savonnerie Saponaire
47, place des arcades
Monflanquin, Aquitaine, France
05 53 36 46 15

Plus d’infos en  vidéo :

Et en photos :

 

 

 

Isabelle Camus

Isabelle Camus

Journaliste, serial blogueuse, anglophile, tea-addict et ecolo-geek de la génération X.
Peu adepte des chemins balisés, elle a vécu moultes aventures dans la sphère journalistique bordelaise en collaborant à Sud Ouest, Aqui.fr, Spirit, Human & Terre et Rue89 Bordeaux.
Activité bitextuelle (print + numérique) à laquelle il faut rajouter la création du blog “Chartron's place to be”, du pure player “My Global Bordeaux” et du petit dernier "What a biotiful world" relais de plusieurs années dans le secteur des produits culturels.
Savourant tous les jours sa chance de vivre dans une ville magnifique en bordure d'eau, non seulement XVIIIème, mais plate, elle entretient indéfectiblement et par tous les temps, son penchant naturel pour le glocal (penser global et agir local)... à vélo !