OuïrZieuter

VAYGACH ….. ne vous laissera pas de glace

On les qualifie sans étiquette… Soit ! Mais certainement pas sans saveur… Ces gars là, si vous ne les connaissez pas encore vont vous séduire… Aucun doute là-dessus… Cinq garçons bourrés de talent, GUILLAUME (chanteur et guitariste), MATTHIAS (basse), JÉRÔME (guitare), STÉPHANE (clavier) et GREG (batterie) que nous avons rencontrés le 29 novembre dernier… Malgré l’air ambiant humide et froid… invitation à découvrir un doux moment sans langue de bois.

JUGEOTE : Bonjour à vous tous, nos lecteurs ne vous connaissent peut-être pas encore… VAYGACH existe depuis quand exactement ?
GUILLAUME : Ça va faire deux ans au mois de mars … on est tous ensemble depuis le départ, sauf Jérôme (le deuxième guitariste) qui est arrivé deux mois après le commencement.

JUGEOTE : Si vous aviez un mot pour définir l’univers de VAYGACH vous choisiriez lequel ?
GUILLAUME : (soupirs) En fait on n’a pas trop envie de définir… justement… on a envie de faire les choses tout simplement. On les fait et après on prend du recul et on voit à quoi ça ressemble.

JUGEOTE : Qui travaille en premier les morceaux ??
GUILLAUME : C’est moi

sans titre-6

GUILLAUME

JUGEOTE : Essentiellement ???
GUILLAUME : Oui je soumets et on retravaille tous ensemble après.
JUGEOTE : Vous avez fait plusieurs salles à BORDEAUX : le ROCHER PALMER, L’ANTIROUILLE, L’ACCORDEUR… L’IBOAT une première fois déjà… Vous vous sentez comment avant de rentrer sur scène ?
GUILLAUME : On le sent très bien (rires ) Après c’est de manière très individuelle je crois… moi le trac c’est 5 minutes avant… y en a d’autres pour qui c’est la veille… je sais pas mais moi, je l’ai pas forcément trop longtemps à l’avance.
MATTHIAS : Après c’est vraiment des ressentis individuels. Ce côté où tu as un peu le speed avant de jouer… L’adrénaline moi j’identifie ça comme le truc indispensable qui doit arriver à chaque fois que tu te produis…
STEPHANE : C’est une appréhension finalement. Si les balances et si le son se passent bien on ne va pas forcément avoir un gros trac. Après voilà tout le monde à son niveau de stress… c’est très personnel
GUILLAUME : Ça dépend aussi… au début on avait forcément plus le trac qu’aujourd’hui. Lors des premiers concerts que l’on a faits nous n’étions pas très fiers, et puis voilà… l’assurance vient avec le temps… mais c’est bien de l’avoir le trac
MATTHIAS : Je suis assez d’accord avec ça…
GUILLAUME : Le trac après ça dépend la définition que tu lui donnes… c’est-à-dire qu’il y a une excitation avant, l’envie de monter sur scène mêlé d’impatience… Alors si c’est ça le trac oui on l’a !
JUGEOTE : Et votre parcours musical avant VAYGACH
GUILLAUME : Eh bien justement la force de VAYGACH… enfin si on peut dire… On a tous des parcours musicaux très différents… Nos univers sont différents… et  de manière totalement inconsciente ça se ressent dans notre musique… ça s’imbrique petit à petit de manière spontanée

JUGEOTE : Vaygach est le nom d’un brise-glace russe à propulsion nucléaire, pourquoi ce choix ?
GUILLAUME : Le hasard… Et puis on a construit notre univers autour de ça… ça correspondait bien à la musique qu’on voulait faire… le côté chaud froid… le côté où l’on passe des passages très calmes aux passages plus pêchus… Donc le côté brise-glace nucléaire en antarctique ça nous allait plutôt bien.

GREG

GREG

JUGEOTE : Votre EP est sorti le 30 octobre… Quels ont été les retours ?

GUILLAUME : Plutôt positifs… (éclats de rire)
STEPHANE : Les retours… on en a après les concerts et puis après on voit qu’il y a de plus en plus de gens qui s’intéressent à notre musique et ça fait plaisir, mais je pense que les choses doivent se mettre en place au fur et à mesure … il faut faire beaucoup de dates pour fidéliser, entre guillemets, les gens qui nous suivent. L’intérêt vient en se montrant…

MATTHIAS

MATTHIAS

JUGEOTE : Quels sont vos futurs projets ??
GUILLAUME : Les prochains projets… Jouer à un rythme encore plus soutenu et surtout partir à l’extérieur de la Gironde. C’est vraiment le fil rouge du groupe… c’est important vraiment… le but c’est d’être vus… de jouer…
STEPHANE : On ne s’impose aucune limite … et si on peut partir à l’étranger on y partira… en tout cas c’est l’envie que l’on a. On fait tout pour…

JUGEOTE : Une salle que vous aimeriez faire… ?
GUILLAUME : On a toutes envie de les faire
MATTHIAS : Moi j’aimerais bien… il y en a une qui me ferait un petit peu fantasmer, c’est la LAITERIE à Strasbourg… C’est une salle mythique de rock… et vraiment ce serait le top !

JUGEOTE : Et si on vise Paris ?
MATTHIAS : Alors pas le Zénith… c’est trop grand…
STEPHANE : Le Bateau phare…
MATTHIAS : Le Petit bain… j’ai vu plusieurs concerts là-bas et c’est vraiment sympa… ça fait penser à l’IBOAT c’est vraiment cool.
GUILLAUME : Après quelle que soit la salle on passe toujours de bons moments… tant que le public est au rendez-vous… Moi personnellement une salle en particulier, non…

JUGEOTE : Il y a de nombreux partages sur les réseaux sociaux, mais également sur les plateformes musicales… je suppose que cet engouement vous touche ?
STEPHANE : Oui c’est cool… Après on a toujours envie que ça aille vite… enfin moi perso… mais je pense qu’il faut prendre le temps. On est un groupe jeune, on a le temps de se faire connaître et il faut qu’on joue à fond. Après ça démarre plutôt bien, j’aime bien la dynamique qu’on a… On a fait de belles salles déjà… ça fait pas longtemps qu’on joue ensemble

JUGEOTE : Avec Valy, on a eu la chance d’être à l’Antirouille le 30 octobre dernier. J’ai trouvé l’accueil du public chaleureux… les applaudissements… c’était un moment fort… pour vous… mais également pour le public… non ?
MATTHIAS : Oui c’était vraiment agréable, il y a eu un bel échange.

JEROME

JEROME

STEPHANE

STEPHANE

JUGEOTE : Et sinon vous avez déjà gagné des tremplins ??
STEPHANE : On a gagné à l’Accordeur…

JUGEOTE : Quels bénéfices avez-vous retiré au-delà des répétitions ?
GUILLAUME : D’un aspect technique ça nous a apporté des choses oui, on ne s’en rend pas forcément compte sur le moment, mais après sur le long terme… c’est une évolution logique dans un groupe, tu peaufines ton son, donc forcément ça a été bénéfique… après au point de vue artistique non, mais technique oui c’est clair.

JUGEOTE : Si on venait vous chercher pour une émission de télé telle que Rising star ?? Vous la feriez ou pas du tout
Tous en chœur : NON (rires)
MATTHIAS : Il y a un côté underground dans le son que l’on fait et il faut dire ce qui est, il ne va pas avec un canal de diffusion de ce type là… je ne pense pas…
STEPHANE : On a un style de musique accessible aussi… ce n’est pas par rapport à ça… c’est par rapport à la démarche… en fait j’ai l’impression que les gens qui gagnent on en entend parler un an et après plus rien…
GUILLAUME : Ça pourrait nous rendre service sur le moment… mais nous on vise plutôt le long terme, parce qu’on a envie d’être un groupe qui dure… on est mieux à jouer là…  même devant 20 personnes… on s’éclate… tant qu’on se fait plaisir et qu’on fait plaisir aux gens qui viennent nous voir… on est contents.
MATTHIAS : Nous on ne veut pas se prendre la tête…
GUILLAUME : On fait de la musique pour nous et si les gens nous suivent c’est un gros bonus et on prend…

Vous l’aurez compris… La question sur la télé était bien évidemment un joke…Pas besoin de ça pour comprendre que VAYGACH a sa place parmi les groupes actuels qui comptent. Rendez vous un jour peut-être à LA LAITERIE de STRASBOURG… Ou ailleurs… Maintenant nous attendons impatiemment la sortie du prochain EP au printemps 2015.

 

Karine G. et Valy D.

Karine G. et Valy D.

Duo issu d'une rencontre un jour de septembre... Valy l'oeil et Karine la plume ont décidé d'unir leur âme d'artiste.
Valy est une passionnée de photo, de musique, mais également de rugby. Quant à Karine, elle est plutôt accro à la pub, au ciné et bien sûr à la musique.